Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Choc des générations

Choc des générations

J'ai écris ce billet sur "Avoir un enfant à 18 ans (ou pas)", une fois de plus je ne m'attendais pas à déclencher autant de polémique,

En tous les cas, j'ai apprécié tous les témoignages, j'accepte volontiers de ne pas être d'accord avec chacune mais quand c'est avec respect... je trouve qu'on enrichit les échanges !

Par contre je dois reconnaître que j'ai été choquée (le mot n'est pas fort) par les propos souvent repris à l'unisson... "profiter de sa jeunesse" serait si souvent associé à l'alcool, drogue, changement de partenaires à gogo... une vie de débauche en gros !

Enfin évidemment c'est ce que j'ai lu et retenu des commentaires sur ce billet, construire une famille serait une recherche de stabilité, une sorte d'échappatoire de cette vie débridée...

Je n'ai pas envie d'en juger, mais le tout noir ou le tout blanc m'affole souvent...

Rassurez-moi entre construire une famille à 18 ans et avoir une vie de n'importe quoi, entre blanc et noir, y a des nuances non ? (je ne ferai pas d'allusions au 50 parce que le sujet n'est pas à l'humour !) mais quand même...

Alors je me dis définitivement qu'il y a un vrai choc des générations... j'ai 42 ans et jusqu'à 29 ans que j'ai mon premier enfant... j'ai profité pleinement de la liberté que j'avais, ce que j'entends par "profiter de sa jeunesse",

Je ne buvais pas, tiens mon premier verre de vin rouge est arrivé avec la maturité, 29 ans aussi, décidément... je ne fumais pas ni cigarette, ni autre chose... je n'en ai même pas éprouvé l'envie une seule fois... je suis restée 5 ans avec mon premier amour de 15 à 20 ans et 6 avec le second jusqu'à 28 ans...

Durant cette période, j'ai été GO au Club Med à l'étranger, hôtesse au Festival de Cannes, Mannequin, prof de Fitness, stagiaire dans une agence de com., je cumulais les jobs en intérim (par choix), j'ai fait 6 mois de snowboard non stop et j'en passe.... bref des expériences exaltantes qui m'ont appris sur les relations humaines, qui ont été de vraies expériences professionnelles, qui m'ont fait celle que je suis devenue jeune adulte...

Je considère cette période comme la construction de la base de ma vie personnelle... tu te trompes, tu recommences, tu apprends, tu grandis, tu t'enrichis progressivement tu sais ce que tu veux et surtout ce que tu ne veux plus !... même si apprendre est le lot de toute une vie à mon sens,

Tu crois qu'à cette époque, il n'y avait pas de drogue, pas de pétard, pas d'alcool... qu'on vivait dans un monde parfait ?

Et bien on a eu tout ça et aussi le SIDA qui nous est tombé sur le dos, le chômage aussi... je me souviens même de ce voyage à Valencia en Espagne où il était alors en rigueur la dépénalisation du cannabis et chacun pouvait fumer dans les lieux publics... je me souviens avoir vu la police ramassée des gens à moitié morts dans la rue...

Je veux encore croire qu'entre les décisions définitives et extrêmes,

Il y a des nuances pour que jeunesse se fasse...

(crédit photo)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Virginie B

Blogueuse lifestyle since 2008 / RP blogueurs / social media manager #monsud #famille #food #sport
Voir le profil de Virginie B sur le portail Overblog

Commenter cet article

Bibi 17/02/2015 15:51

:-)
Mais ce qui a été soulevé dans les commentaires sur la grossesse à 18 ans, c'est justement que parfois, pour des raisons familiales ou personnelles variées, certaines jeunes femmes éprouvent le besoin viscéral de construire une famille très tôt. Je suis certaines que toutes les expériences que vous décrivez ont été très très enrichissantes et constructrices pour vous. Mais personnellement, pour ma part je n'aurais pas pu. Je sortais d'une famille déchirée par un divorce, des remariages plus ou moins réussis, des parents (pourtant en âge normal) complètement immatures, très libres et égoïstes... j'ai eu besoin, vraiment besoin, en premier lieu dans ma vie, de poser des bases, de m'ancrer. Faire un enfant à 20 ans a été pour moi salvateur. Mais la société dans son ensemble a tendance à considérer votre exemple comme étant l'idéal et le mien comme étant inquiétant. Hors, ce que j'essaie d'expliquer là, c'est que autant vous, vous avez eu besoin de liberté et d'expériences variées pour vous découvrir, autant d'autres jeunes ont dû faire l'inverse: s'ancrer, construire tout de suite sous peine de sombrer dans une forme de dépression ou une autre. Il faut absolument s'extraire de tout jugement à ce propos. Et surtout, surtout, éviter de faire peser sur les très jeunes mères ce regard circonspecte et vaguement désapprobateur qu'elles affrontent partout et très longtemps. Bien sur qu'il y a un juste milieu et qu'on peut vivre sa jeunesse dans la joie et la liberté sans pour autant tomber dans la drogue ou la débauche, je suis mille fois d'accord!! Pour autant, les jeunesses plus studieuses, plus sérieuses, ne sont pas pour autant gâchées, si tant est qu'elles soient bien vécues. Et pour ne faire bisquer personne, mes filles ont maintenant 20 et 15 ans, j'ai pu les confier à leur papa et partir travailler deux mois au Canada pendant que mes amies changent des couches et se lèvent la nuit! (Oh mon dieu, et si elles étaient en train de gâcher leur quarantaine??! ;-) ) J'ai le temps de suivre mes films dans les festivals, de rencontrer des gens de tous les pays... J'ai souvent l'impression que je suis beaucoup plus jeune aujourd'hui que je ne l'étais à 20 ans, et c'est tant mieux car aujourd'hui je sais quoi faire de cette liberté! Et puisqu'on cherche les nuances, il faut aussi prendre celle là en compte.

Clarisse 13/02/2015 09:34

Comme toi, Virginie, j'ai eu mon fils l'année de mes 29 ans. J'ai profité de ma jeunesse, sans pour autant mener une vie de débauche. J'ai été la seule de ma famille, ma grand mère ayant été mère à 16 ans, grand mère à 36 et arrière grand mère à 50!
Pourquoi faudrait-il qu'il n'y ait que des extrêmes?
Vive le juste milieu :)

Isabelle 12/02/2015 10:34

Je suis absolument d'accord avec ce que tu dis : tout n'est pas noir ou blanc, et profiter de sa jeunesse ne signifie pas tomber dans les extrêmes. Ce qui m'agace un peu, c'est que, comme pour ton article sur la grossesse à 18 ans, tu as tendance à pointer du doigt ces générations après toi. Tu parles de "choc des générations", de ces jeunes qui tombent enceinte au lieu de profiter de leur jeunesse, de ces jeunes qui profitent de leur jeunesse en tombant dans des extrêmes, et même si je suis persuadée que ce n'est pas de cette manière que tu l'entendais, tes articles (et les commentaires qui suivent) manquent justement un peu de nuances. J'ai 26 ans, mon premier amour a duré 5 ans (de 17 à 22 ans), je ne bois pas (ou très peu), je n'ai d'ailleurs jamais été ivre, je n'ai jamais touché à la drogue, j'ai testé la cigarette mais ça ne m'a pas plu du tout et je ne me suis pas essayée à fumer pour impressionner les autres, je ne couche pas à droite à gauche et même si j'ai eu plusieurs expériences, elles ont toujours été faites dans le respect de moi-même et de l'autre. Pour moi, profiter de sa jeunesse, c'est pouvoir voyager, faire des expériences inédites (et pas forcément extrêmes !), s'ouvrir au monde, profiter de pouvoir découvrir ce qui nous entoure avant de devoir recentrer notre attention sur un seul petit être. Les quarantenaires et cinquantenaires actuelles n'ont donc pas l'apanage de la sagesse. J'aimerais juste pouvoir lire ceci dans tes réflexions pourtant pleines de justesses, et ne pas me sentir injustement visée par des phrases telles que "Il y a un vrai choc des générations", "À cette époque c'était comme ceci et cela" "Moi au même âge je ne faisais pas ça", etc.
Je te fais des bisous, sans aucune rancune, parce que c'est quand même bien de pouvoir lire un blog qui donne matière à débattre :)

Virginie B 12/02/2015 10:40

au contraire, ton commentaire c'est tout l'espoir que j'espère justement... quand je dis qu'il y a des nuances et que je le souhaite, c'est que j'espère justement que des jeunes comme toi se manifestent pour réagir ainsi et me prouver (mais pas qu'à moi justement au vu des précédents commentaires) que ça existe... que tu représentes la jeunesse telle que je l'espère et la crois possible pour mes enfants... que vivre (comme j'ai vécu c'est vrai cette jeunesse) ce n'est pas de l'utopie et pas exceptionnel, que ça existe encore !... je te dis merci sincèrement de me montrer que OUI il y a des nuances entre le blanc et le gris... et crois moi je ne pense absolument pas qu'il n'y a que les quadra et les quinqua qui ont l'apanage de la sagesse... j'ai de nombreuses lectrices qui ont 30 ans et moins et donc j'adore lire les blogs, les expériences, la vie sans aucun jugement de ma part... bisous aussi et merci encore de ton témoignage positif !

Evelyne 12/02/2015 10:19

J'ai 61 ans et j'ai toujours vu de l'alcool dans les soirées ! Perso je n'ai jamais aimé cela c'était donc facile de gérer... car le problème est là, savoir gérer. J'ai l'impression que les jeunes ne savent plus s'amuser sans être un peu émêchés et ça je l'ai constaté autour des trois miens. A la question "Comment tu peux t'amuser sans boire ni fumer ?" Ma fille ado avait répondu "En regardant les autres se bourrer la gueule", c'était de l'humour mais en gros c'était ça. Quant à l'éducation elle est très importante oui c'est certain mais tu serais surprise de constater que souvent ce sont les moins démunis qui plongent. C'est difficile de parler de ça, on ne peut pas juger au pied levé et de toute façon il faut quand même que la jeunesse reste le champ des possibles et que qui se trompe se pique... c'est la vie qui fait qu'il faut savoir aussi apprendre de ses erreurs. Ma fille est une jeune femme, pour l'instant elle ne boit toujours pas car j'espère bien qu'un jour elle appréciera un petit verre de chez nous ^^ et de temps en temps je sais qu'elle s'autorise une cigarette quand elle est avec ses amis. Bonne journée Virginie :-)

Ridée rieuse 12/02/2015 09:51

la jeunesse, c'est l'age de 'tous les possibles'. Certains se brûlent les ailes et d'autres ont des expériences constructives. J'ai l'impression que les soirées sont tres alcoolisées maintenant. Pour se prouver quoi ? je ne sais pas.

fleurlilas(béa) 12/02/2015 08:50

Je n'ai pas osé réagir à ton article précédent mais j'ai eu mon premier enfant à 22 ans et mon 2° à 25 ans. j'étais diplomée à 18 ans et mon mari aussi (pas besoin de faire de longues études pour avoir un boulot.....) Avoir des enfants en étant jeune, c'est le top et cela ne nous a jamais empêché de sortir entre copains, de partager des bons moments, aucun frein donc ! Par contre avoir des enfants à 30 ans je trouve que cela est tard car il faut gérer les ados après ! et on a pas la même pêche à 45-50 ans , de plus j'ai souvent constaté que avoir des enfants tard, les parents les surprotègent, ils sont traités comme des dieux ! quand on est jeune parent on se pose moins de questions tandis qu'à 30-40 ans on s'en pose trop et cela fait des enfants gâtés !! voilà ce que je constate autour de moi ! je vais avoir 50 ans et je suis parfaitement heureuse d'avoir eu mes enfants jeunes et je n'aurais pas aimé aller les chercher au collège et lycée à presque la pré-retraite pour certains !!!!

Virginie B 12/02/2015 08:54

le principal c'est d'être heureux et de ne rien regretter !

Ptisa 12/02/2015 08:46

je réagis comme toi, sauf qu'autour de moi, les témoignages "des jeunes de maintenant" c'est pas vraiment ça. Je considère qu'on peut boire sans vomir, fumer sans se droguer mais apparemment, les jeunes ont besoin d’extrême (on n'a pas fait la fête si on n'a pas vomi) et c'est pour ça qu'il y a des filles enceinte à 18 ans (c'est mon avis) : ils ont besoin de se sentir irresponsables. Pourquoi, la faute aux parents, à la société, on peut dire tout et son contraire.

Virginie B 12/02/2015 08:55

le choc des générations ou le résultat d'une éducation ?... la question se pose quand même !...

Blog du Dimanche 12/02/2015 08:21

Tu as entièrement raison ! (Comme toujours ?) De mon côté, je ressens ce fossé avec les "jeunes" (et je n'ai que 28 ans), pourquoi tout faire dans l'excès ?
Merci pour cette réflexion enrichissante (comme toujours?) :) <3

Virginie B 12/02/2015 08:56

tu sais je n'ai pas toujours raison... j'essaye en tous les cas d'analyser et de comprendre les choses, les comportements, les réactions... et franchement je déteste les extrémistes quels qu'ils soient finalement... blanc, noir, c'est pas terrible ! bises

Fidèle 12/02/2015 08:15

Tout a fait virginie il y a des nuances, j'ai 56 ans, a mon époque tout ceci existait aussi. Il y a l'éducation qui est très importante des parents et l'ambiance familiale. La jeunesse de nos jours n'est pas heureuse et pas gâtée. J'en aurai tant a dire... Je t'embrasse Virginie.

Virginie B 12/02/2015 08:57

je suis d'accord, entièrement d'accord sur l'éducation !

Bernieshoot 12/02/2015 06:24

Effectivement limité a tout noir ou tout blanc est excessif, toutes les nuances sont une richesse.
Un des éléments fort différent est pour moi le rapport à l’'alcool où l’addiction me semble plus forte aujourd'hui

Virginie B 12/02/2015 08:57

il y a bien sans doute des explications....